la basse hooligandsc 2602 LE BERGER BELGE

Vous trouverez ici le standard officiel du berger belge et la grille de cotation.

STANDARD OFFICIEL DU BERGER BELGE

ORIGINE : Belgique
DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D'ORIGINE EN VIGUEUR : 13 mars 2001
UTILISATION : A l'origine chien de berger, aujourd’hui chien d’utilité (garde, défense, pistage, etc.) et de service polyvalent, de même que chien de famille.
CLASSIFICATION F.C.I. : Groupe I - Chiens de berger et de bouvier (sauf chiens de bouvier suisses)
Section I - Chiens de berger avec épreuve de travail.

BREF APERCU HISTORIQUE : A la fin des années 1800, on avait en Belgique une foule de chiensconducteurs de troupeaux, dont le type était hétérogène et les robes d’une extrême diversité. Afin demettre un peu d’ordre dans cet état de choses, des cynophiles passionnés constituèrent un groupe et selaissèrent éclairer par le professeur A. Reu1, de l’Ecole de Médecine Vétérinaire de Cureghem, que l’onpeut considérer comme le véritable pionnier et le fondateur de la race.
C’est entre 1891 et 1897 que la race naît officiellement. Le 29 septembre 1891 se fonde à Bruxelles le«Club du Chien de Berger Belge» et la même année encore, le 15 novembre, le Professeur A. Reulorganise à Cureghem un rassemblement de 117 chiens, ce qui permit d’effectuer un recensement etd’opérer un choix des meilleurs sujets. Les années suivantes on commence une vraie sélection, enpratiquant une consanguinité extrême sur quelques étalons.
Le 3 avril 1892, un premier standard de race fort détaillé fut déjà rédigé par le «Club du Chien de BergerBelge ». Une seule race fut admise, avec trois variétés de poil. Toutefois, comme on disait à l’époque, leBerger Belge n’était qu’un chien de petites gens, donc une race qui manquait encore de prestige. Parconséquent, ce n’est qu’en 1901 que les premiers Bergers Belges ont été enregistrés dans le Livre desOrigines de la Société Royale Saint Hubert (L.O.S.H.).
Au cours des années qui suivaient, les dirigeants de la cynophilie bergère belge se mettaient avec ténacitéà la tâche pour unifier le type et corriger les défauts. On peut dire que vers 1910 le type et le caractère duBerger Belge étaient déjà fixés.
Au cours de l’histoire du Berger Belge, la question des diverses variétés et des couleurs admises a donnélieu à beaucoup de controverses. Par contre, en ce qui concerne la morphologie, le caractère et l’aptitudeau travail, il n’y a jamais eu de désaccord.

ASPECT GENERAL : Le Berger Belge est un chien médioligne, harmonieusement proportionné, alliantélégance et puissance, de taille moyenne, de musculature sèche et forte, inscriptible dans un carré,rustique, habitué à la vie en plein air et bâti pour résister aux variations atmosphériques si fréquentes duclimat belge. Par l'harmonie de ses formes et le port altier de la tête, le chien de Berger Belge doit donnerl’impression de cette élégante robustesse qui est devenue l’apanage des représentants sélectionnés d’unerace de travail. Le Berger Belge sera jugé en statique dans ses positions naturelles, sans contact physiqueavec le présentateur.
PROPORTIONS IMPORTANTES : Le chien de Berger Belge est inscriptible dans un carré. La poitrineest descendue jusqu’au niveau des coudes. La longueur du museau est égale ou légèrement supérieure à lamoitié de la longueur de la tête.
COMPORTEMENT/CARACTERE : Le Berger Belge est un chien vigilant et actif, débordant devitalité et toujours prêt à passer à l’action. A l’aptitude innée de gardien de troupeaux, il joint lesprécieuses qualités du meilleur chien de garde pour la propriété. Il est, sans nulle hésitation, l’opiniâtre etardent défenseur de son maître. Il réunit toutes les qualités requises pour être un chien de berger, de garde,de défense et de service. Son tempérament vif et alerte et son caractère assuré, sans aucune crainte niagressivité, doivent être visibles dans l’attitude du corps et l’expression fière et attentive de ses yeuxétincelants. On tiendra compte du caractère «calme » et « hardi » dans les jugements.
TETE : Portée haut, longue sans exagération, rectiligne, bien ciselée et sèche. Le crâne et le museau sontde longueur sensiblement égale, avec au maximum un très léger avantage pour le museau, ce qui donneune impression de fini parachevé à l’ensemble.
REGION CRANIENNE : De largeur moyenne, en proportion avec la longueur de la tête, à front plutôtaplati qu’arrondi, au sillon médian peu prononcé vu de profil, parallèle à la ligne imaginaire prolongeantle chanfrein; crête occipitale peu développée; arcades sourcilières et zygomatiques non proéminentes.Stop modéré.
REGION FACIALE :
Truffe : noire.
Museau : de moyenne longueur et bien ciselé sous les yeux ; s’amincissant graduellement vers le nez, enforme de coin allongé ; chanfrein droit et parallèle à la ligne supérieure prolongée du front ; gueule bienfendue, ce qui veut dire que lorsque la gueule est ouverte, les commissures des lèvres sont tirées très enarrière, les mâchoires étant bien écartées.
Lèvres : minces, bien serrées et fortement pigmentées.
Mâchoires et dents : dents fortes et blanches, régulièrement et fortement implantées dans des mâchoiresbien développées. Articulé «en ciseaux»; la denture «en pince», qui est préférée des conducteurs demoutons et de bestiaux, est tolérée. Denture complète, correspondant à la formule dentaire; l’absence dedeux prémolaires (2 PM1) est tolérée et les molaires 3 (M3) ne sont pas prises en considération.
Joues : sèches et bien plates, quoique musclées.
Yeux : de grandeur moyenne, ni proéminents, ni enfoncés, légèrement en forme d’amande, obliques, decouleur brunâtre, de préférence foncés ; paupières bordées de noir; regard direct, vif, intelligent etinterrogateur.
Oreilles : plutôt petites, haut plantées, d’apparence nettement triangulaire, conques bien arrondies,l’extrémité en pointe, rigides, portées droit et verticalement quand le chien est attentif.
COU : Bien dégagé, légèrement allongé, assez redressé, bien musclé, s’élargissant graduellement vers lesépaules et exempt de fanon ; la nuque légèrement arquée.
CORPS : Puissant sans lourdeur; la longueur depuis la pointe de l’épaule jusqu’à la pointe de la fesse estapproximativement égale à la hauteur au garrot.
Ligne du dessus : la ligne supérieure du dos et du rein est droite.
Garrot : accentué.
Dos : ferme, court et bien musclé.
Rein : solide, court, suffisamment large, bien musclé.
Croupe : bien musclée ; ne s ‘inclinant que très légèrement; suffisamment large, mais sans excès.
Poitrine : peu large, mais bien descendue ; les côtes arquées à leur partie supérieure ; vu de face le poitrail
est peu large, sans être étroit.
Ligne du dessous : commence au-dessous de la poitrine et remonte légèrement, dans une courbeharmonieuse, vers le ventre, qui n’est ni avalé, ni levretté, mais légèrement relevé et modérémentdéveloppé.
QUEUE : Bien attachée, forte à la base, de longueur moyenne, atteignant au moins mais dépassant depréférence le jarret ; au repos portée pendante, la pointe légèrement recourbée en arrière au niveau dujarret ; en action plus relevée, sans aller au-dessus de l’horizontale, la courbe vers la pointe plus accentuée,
sans toutefois qu’à aucun moment elle ne puisse former ni crochet, ni déviation.
MEMBRES :
MEMBRES ANTERIEURS :
Vue d’ensemble : ossature solide, mais pas lourde ; musculature sèche et forte ; les antérieurs sontd’aplomb vus de tous les côtés et parfaitement parallèles vus de devant.
Epaules : l'omoplate est longue et oblique, bien attachée, formant avec l’humérus un angle suffisant,mesurant idéalement 110-115°.
Bras : long et suffisamment oblique.
Coude : ferme, ni décollé, ni serré.
Avant-bras : long et droit.
Poignet (carpe) : très ferme et net.
Métacarpes : forts et courts, autant que possible perpendiculaires au sol ou seulement très peu inclinésvers l’avant.
Pieds : ronds, pieds de chat; les doigts recourbés et bien serrés ; les coussinets épais et élastiques ; lesongles foncés et gros.
MEMBRES POSTERIEURS :
Vue d’ensemble : puissants, mais sans lourdeur ; de profil, les postérieurs sont d’aplomb et vus dederrière, parfaitement parallèles.
Cuisse : de longueur moyenne, large et fortement musclée.
Genou : approximativement à l’aplomb de la hanche ; angulation du genou normale.
Jambe : de longueur moyenne, large et musclée.
Jarret : près de terre, large et musclé, modérément angulé.
Métatarses : solides et courts ; les ergots ne sont pas désirés.
Pieds : peuvent être légèrement ovales ; les doigts recourbés et bien serrés ; les coussinets épais etélastiques ; les ongles foncés et gros.
ALLURES : Mouvement vif et dégagé à toutes les allures : le Berger Belge est un bon galopeur, mais les
allures habituelles sont le pas et surtout le trot : les membres se meuvent parallèlement au plan médian du
corps. A grande vitesse les pieds se rapprochent du plan médian ; au trot, l’amplitude est moyenne, lemouvement est régulier et aisé, avec une bonne poussée des postérieurs, la ligne du dessus demeurant bientendue ; sans que les antérieurs soient levés trop haut. Sans cesse en mouvement, le chien de Berger Belgesemble infatigable ; sa démarche est rapide, élastique et vive. Il est capable d’effectuer un changementsoudain de direction en pleine vitesse ; par son tempérament exubérant et son désir de garder et deprotéger, il a une tendance marquée à se mouvoir en cercles.
PEAU : Elastique, mais bien tendue sur tout le corps ; bord des lèvres et des paupières fortement
pigmenté.
ROBE ET VARIETES : Le poil étant de longueur, de direction, d’aspect et de couleur variés chez leschiens de Berger Belge, ce point a été adopté comme critère pour distinguer les quatre variétés de la race ;
le Groenendaël, le Tervueren, le Malinois et le Laekenois.
Ces quatre variétés sont jugées séparément et peuvent obtenir chacune une proposition de C.A.C., deC.A.C.I.B. ou de réserve.
NATURE DU POIL : Dans toutes les variétés le poil doit toujours être dense, serré et de bonne texture,formant avec le sous-poil laineux une excellente enveloppe protectrice.
A- Poil Long : Le poil est court sur la tête, la face externe des oreilles et le bas des membres, saufsur le bord postérieur de l’avant-bras qui est garni, du coude au poignet, de poils longs appelésfranges. Le poil est long et lisse sur le restant du corps et plus long et abondant autour du cou etsur le poitrail, où il forme collerette et jabot. L’ouverture du conduit auditif est protégée pardes poils touffus. Les poils depuis la base de l’oreille sont relevés et encadrent la tête. L’arrièredes cuisses est orné d’un poil très long et très abondant, formant la culotte. La queue est garnied’un poil long et abondant formant panache.
Le Groenendael et le Tervueren sont des poils longs.
B- Poil Court : Le poil est très court sur la tête, la face externe des oreilles et le bas des membres.Il est court sur le reste du corps et plus fourni à la queue et autour du cou, où il dessine unecollerette qui prend naissance à la base de l’oreille, s’étendant jusqu’à la gorge. En outre,l’arrière des cuisses est frangé de poils plus longs. La queue est épiée, mais ne forme pas
panache.
Le Malinois est le poil court.
C- Poil Dur : Ce qui caractérise surtout le poil dur, c’est l’état de rudesse et de sécheresse du poil,qui, en outre, est crissant et ébouriffé. Sensiblement de six centimètres sur toutes les parties ducorps, le poil est plus court sur le dessus du chanfrein, le front et les membres. Ni les poils dupourtour des yeux, ni ceux garnissant le museau, ne seront assez développés pour masquer laforme de la tête. L’existence de la garniture du museau est cependant obligatoire. La queue nedoit pas former panache.
Le Laekenois est le poil dur.
COULEUR :
Masque : chez les Tervuerens et les Malinois, le masque doit être très bien prononcé et tendre à engloberles lèvres supérieure et inférieure, la commissure des lèvres et les paupières, en une seule zone noire. Il estdéfini un strict minimum de six points de pigmentation des phanères : les deux oreilles, les deux paupièressupérieures et les deux lèvres supérieure et inférieure, qui doivent être noires.
Charbonné : chez les Tervuerens et les Malinois, le charbonné signifie que des poils ont une extrémiténoire, ce qui ombre la couleur de base. Ce noir est de toute façon «flammé» et ne peut être présent ni engrandes plaques, ni en vraies rayures (bringé).Chez les Laekenois le charbonné s’exprime plusdiscrètement. 

Groenendael : uniquement le noir zain.

Tervueren : uniquement le fauve-charbonné et le gris-charbonné, sous masque noir; toutefois, la couleur fauve-charbonné reste la préférée. Le fauve doit être chaud, n’être ni clair, ni délavé. Tout chien dont la couleur est autre que fauve-charbonné ou ne répond pas à l’intensité désirée ne peut pas être considéré comme un sujet d’élite.

Malinois : uniquement le fauve-charbonné avec masque noir.

Laekenois : uniquement le fauve avec traces de charbonné, principalement au museau et à la queue.
Pour toutes les variétés, un peu de blanc est toléré au poitrail et aux doigts.
TAILLE, POIDS ET MENSURATIONS :
Hauteur au garrot : la hauteur désirable est en moyenne de
62 cm pour les mâles.
58 cm pour les femelles.
Limites : en moins 2 cm, en plus 4 cm.
Poids : Mâles environ 25-30 kg.
Femelles environ 20-25 kg.
Mensurations : mesures moyennes normales chez un chien de Berger Belge mâle de 62 cm au garrot :
• Longueur du corps (de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse) : 62 cm.
• Longueur de la tête : 25 cm.
• Longueur du museau : 12,5 à 13 cm.
DEFAUTS : Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.
• Aspect général : lourdaud, manquant d’élégance ; trop léger ou trop frê1e ; plus long que haut, inscriptible dans un rectangle.
• Tête : lourde, trop forte, manquant de parallélisme, insuffisamment ciselée ou sèche ; front trop arrondi, stop trop accusé ou effacé ; museau trop court ou pincé ; chanfrein busqué ; arcades sourcilières ou zygomatiques trop proéminentes.

• Truffe, lèvres, paupières : traces de dépigmentation.
• Denture : incisives mal rangées. Défaut grave, manque d’une incisive, d’une prémolaire 3, d’une
prémolaire 2, de 3 prémolaires 1.
• Yeux : clairs, ronds.
• Oreilles : grandes, longues, trop larges à la base, plantées bas, divergentes ou convergentes.
• Cou : grêle, court ou engoncé.
• Corps : trop allongé; parois thoraciques trop larges (cylindriques).
• Garrot : effacé, bas.
• Ligne du dessus : dos et / ou reins longs, faibles, affaissés ou voussés.
• Croupe : trop inclinée, surélevée.
• Ligne du dessous : trop ou trop peu descendue ; excès de ventre.
• Queue : implantation trop basse ; portée trop haut, formant crochet, déviée.
• Membres : ossature trop légère ou trop lourde ; mauvais aplombs de profil (p.ex. canons antérieurs trop obliques ou poignets faibles), de face (p.ex. pieds cagneux ou panards, coudes décollés, etc.) ou de derrière (p.ex. postérieurs rapprochés, écartés ou en forme de tonneau, jarrets clos ou ouverts, etc.)
; trop peu ou exagérément angulés.
• Pieds : ouverts,
• Allures : mouvement serré, foulées trop courtes, trop peu d’impulsion, mauvaise transmission par le
dos, allures relevées.
• Poil : les quatre variétés : insuffisance de sous-poil.
Groenendaël et Tervueren : poil laineux, ondulé ou bouclé ; poil insuffisamment long.
Malinois : poil demi-long où il devait se montrer court ; poil ras ; poils durs disséminés dans le poil court ;
poil ondulé.
Laekenois : poil trop long, soyeux, ondulé, frisé ou court; bourrés de poils fins, disséminés par mèches dans le poil dur ; excès de longueur des poils entourant l’oeil ou garnissant l’extrémité inférieure de la tête; queue touffue.

• Couleur : les quatre variétés ; tache blanche à la poitrine formant plastron ; du blanc aux pieds dépassant les doigts.
Groenendaël : reflets roux dans le poil; culottes grises.
Tervueren : le gris.
Tervueren et Malinois : le bringé ; les teintes insuffisamment chaudes ; insuffisance ou excès de charbonné ou sa disposition par plaques sur le corps, insuffisance de masque.
Tervueren, Malinois et Laekenois : fauve trop clair; une couleur de base très atténuée, dite «délavée», est considérée comme un défaut grave.
• Caractère : les sujets manquant de confiance en soi et hypernerveux.
DEFAUTS ELIMINATOIRES :
• Caractère : sujets agressifs ou craintifs.
• Aspect général : absence de type racial.
• Denture : prognathisme supérieur; prognathisme inférieur, même sans perte de contact (articulé
inversé) : occlusion croisée ; absence d’une canine (1 C), d’une carnassière supérieure (1 PM4) ou
inférieure (1 Ml), d’une molaire (1 M1 ou 1 M2, sauf les M3), d’une prémolaire 3 (1 PM3) plus une
autre dent, ou au total de trois dents (sauf les prémolaires 1) ou plus.
• Truffe, lèvres, paupières : fortement dépigmentées.
• Oreilles : tombantes ou maintenues dressées artificiellement.
• Queue : absente ou écourtée, de naissance ou par ablation ; portée trop haut et en forme d’anneau ou enroulée.
• Poil : absence de sous-poil.
• Couleur : toutes les couleurs qui ne correspondent pas à celles des variétés décrites ; marques
blanches trop étendues au poitrail, d’autant plus si elles montent jusqu’à l’encolure ; du blanc aux
pieds, dépassant la moitié des métacarpes ou des métatarses et formant des chaussettes ; taches
blanches ailleurs qu’au poitrail et aux doigts ; absence de masque y compris le museau de couleur
plus claire que l’ensemble de la robe chez le Tervueren ou le Malinois.
• Taille : en dehors des limites prescrites.
N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.
CROISEMENTS - MARIAGES INTER-VARIETES : Les accouplements inter-variétés sont interdits, sauf dans des cas bien particuliers, sur dérogations accordées par les commissions d’élevage nationales
compétentes (texte 1974, fait à Paris).

Bref historique du Standard et des Variétés
du Chien de Berger Belge

(S.R.S.H. - U.R.C.S.H.)

 

Le premier standard de 1892 (publié dans la revue « Chasse et Pêche » du 24 mars 1892)

Lors de son assemblée générale du 3 avril 1892, le « Club du Chien de Berger Belge » (constitué le 29 septembre 1891) approuve le standard élaboré par le Professeur Ad. Reul (1849-1907). Il distingue trois variétés selon le type de poil sans tenir compte de la couleur des robes : le poil long, le poil court et le poil dur.

 

 

LA GRILLE DE SELECTION DU

CLUB FRANCAIS DU CHIEN DE BERGER BELGE


TELECHARGER ICI

 

TEST DE COMPORTEMENT DE LA NATIONALE DELEVAGE

Pour la Sélection des sujets recommandés par le C. F. C. B. B.

 

Le test comprend trois épreuves :

  • La sociabilité vis-à-vis de l’homme
  • La résistance au stress acoustique
  • L’appréciation de l’instinct de défense et de la stabilité de caractère à travers une épreuve de mordant

 

1. - LA SOCIABILITE

Exercée vis-à-vis de l’homme, cette sociabilité est la base de toute acceptation sociale de notre chien de Berger Belge au sein d’une société qui considère que le chien fait partie intégrante de la cellule familiale.

 

2. - LA RESISTANCE AU STRESS ACOUSTIQUE

Les chiens participent de plus en plus à la vie active moderne de leur maître : détente, sport, voyage, vacances sont autant de situations où leur résistance aux bruits divers et soudains sera mise à l’épreuve. Le coup de feu représente une synthèse de ces bruits, simple à mettre en œuvre.

 

3. - L’APPRECIATION DE L’INSTINCT DE DEFENSE

Défenseur de son maître, de sa famille et de ses biens, le chien de Berger Belge doit néanmoins être un chien stable et équilibré, comme il l’est demandé pour la première épreuve du test.

 

C’est pourquoi le mordant sportif caractérisé par le goût prononcé à saisir la toile doit être dissocié de la réaction agressive, phénomène d’autodéfense malsain à écarter absolument de la sélection.

 

Le testeur détermine cette différence fondamentale en caressant le chien pendant la prise mordante. Le chien stable sera insensible à la caresse et tiendra sa prise alors que le chien agressif  lâchera le sac (ou boudin) pour se saisir de la main du testeur.

 

Les menaces (avec la main ou le bâton) permettent d’apprécier le courage et la combativité du chien pendant la prise mordante. Le testeur juge à ce moment les grognements du chien qui trahissent une attitude plus ou moins sûre.

 

DEROULEMENT DU TEST dit SIMPLE

 

1ère partie : LE C.S.A.U.

2ème partie :

*1er coup de feu tiré à 25 m, le chien étant tenu en laisse longue et détendue, les maîtres faisant un aller retour devant le juge.

* 2ème coup de feu tiré à 25 m,  le chien étant en statique et debout  Si le chien est totalement indifférent à ce coup de feu il obtiendra la mention excellent, une légère sensibilité (surtout pour les femelles) sera tolérée, mention TB.

  • 3ème coup de feu tiré à 15 m, exceptionnellement, pour les sujets n’ayant pas eu une attitude franche aux deux premiers coups de feu pour permettre au jury de conforter son opinion.

 

Le chien manifestant une légère crainte au coup de feu pourra, s’il fait preuve d’un mordant sportif, être repêché mais il n’obtiendra que le TEST SIMPLE.

 

Le chien qui manifestera nettement sa crainte en se réfugiant contre son maître, en se couchant ou en cherchant à fuir sera  ajourné à cette épreuve.

 

3ème partie dite test de CHAMPIONNAT : seuls les chiens préparés à cette épreuve se soumettront à ce test facultatif. Par contre, les mâles titulaires des CACS ou RCACS de Championnat doivent obligatoirement réussir ce test pour l’homologation du titre de champion national de conformité au standard.

Le testeur excite le chien avec le bâton et lui présente la toile ou le boudin franchement, au choix préalable du présentateur. Si celui-ci les saisit avec détermination, il approche doucement la main pour lui caresser la tête. Le testeur pourra s’assurer de la stabilité naturelle du chien en lui faisant quelques menaces qui ne doivent pas troubler un chien équilibré. Selon ses réactions, le chien obtiendra la mention EXCELLENT ou EXCELLENT +.

 

Le chien qui refuse de tenir sa prise une dizaine de secondes, qui a une réaction agressive, qui se met en autodéfense sera éliminé à cette épreuve.

 

A leur sortie du ring de TEST DE COMPORTEMENT les propriétaires recevront  un carton avec le résultat. Les chiens qui auront au moins satisfait aux deux premières parties du test (TEST SIMPLE) seront admis à se présenter devant la commission de sélection des sujets recommandés.

 

Pour se présenter au TAN les chiens doivent être OBLIGATOIREMENT être titulaires du CSAU. Le TAN ne peut être passé plus de trois fois.

 

 

 

 

 

LE C.S.A.U.

                                                

Conditions préalables :

Etre membre d’un club  de race ou d’un club d’utilisation ou d’une société canine régionale. Fournir au juge le jour du test : photocopie de la carte de membre et du PEDIGREE (ou certificat de naissance). Présenter au juge l’original du pedigree pour que puisse être porté dessus le passage du TAN. TOUT DOSSIER INCOMPLET SERA REFUSE.

DEROULEMENT DU CSAU :

-        Présentation du chien au juge, le chien étant assis et se laissant caresser. Le maître présente le tatouage au juge.

-        Marche en laisse : le chien devra effectuer une marche, sans tirer sur la laisse.

-        Rappel : le chien est immobilisé (position au choix du maître). A une vingtaine de mètres, le chien est rappelé par son maître et devra revenir au pied dans un délai de 15 secondes et dans un rayon de 2 m.

-        Absence du maître : le maître met son chien dans la position de son choix et part se cacher. Après 30 secondes le maître devra retrouver son chien à la place où il l’a laissé. (Le chien pourra garder son collier et sa laisse mais en aucun cas il devra être tenu par une tierce personne).  

-        Passage dans un groupe de trois personnes avec bruit divers à 5 m (le chien pourra être surpris mais pas apeuré).

-        Croisement avec un congénère (1 à 2 m entre les deux chiens).

L’attention des juges sera particulièrement portée sur la STABILITE et la SOCIABILITE du chien. Le chien sera déclaré APTE ou AJOURNE.